Petit article insipide

Publié le par Jullian

J'enchaîne donc les journées routinières et les nuits insomniaques. Le vendredi, je me décide a bouger un peu et me rends au Khan Market, réputé pour ses bonnes librairies. Trois trouvailles a petits prix : "Dans la dèche a Paris et a la Londres" de Georges Orwell, "Catch 22" de Joseph Heller, et "Sexus" de Henry Miller". Que du lourd, que du bon. Et non, je ne lis pas de livres sur l'Inde, de livres d'écrivains indiens. L'Inde, j'y suis 24/24, ça va aller, et puis y'a pas grand chose de bandant dans le domaine. Je me jette le soir même sur l'Orwell. Sa description des rues populaires du Paris de la fin des années 20 est une copie presque conforme du Delhi d'aujourd'hui, la religion en moins. Super bouquin.

Après les livres, je vais au Palika Bazaar, un marche souterrain sur Connaught Place. La j'y trouve des magasins photo et finit par confier mon bébé a l'un d'entre eux, pour qu'ils réparent mon objectif. Je suis pas fier, pas confiant, mais il faut bien que je fasse quelque chose. Il me dit que ce sera prêt dans deux heures. Si vite ? Bon c'est cool. Je repasse deux heures plus tard et voit mon objectif en mille morceaux. J'en crois pas mes yeux, et ça me fait comme une micro attaque cardiaque de le voir comme ça. J'imagine que c'est nécessaire mais voir ce bijou de technologie découpé en rondelles a l'arrière d'une pauvre boutique loin d'être immaculée, avec le réparateur en chef qui fume une clope, et un autre qui boit un chai, ça me fait bizarre. Il faut encore 20 mn pour le remonter. Ok, faites ça bien surtout. 1h plus tard, tout est en place, mais l'appareil déconne exactement de la même manière et mon zoom est devenu tout dur. Je suis paniqué et énervé, je me demande ce que j'ai fait, pourquoi je suis venu la, et forcément je pète une crise. Je suis légèrement sensible quant il s'agit de mon appareil. Je deviens méchant, menacant, et encore plus deux heures plus tard, quand je retrouve une nouvelle fois mon objectif dispersé dans la pièce et mes deux couillons qui n'ont pas avancé dans la résolution du Schmilblick. Ils disent savoir ce qu'est le binz, qu'ils ont remplacé un truc défectueux par un nouveau bidule, mais apparemment le nouveau aussi déconne. Ca c'est pas de chance, dis donc ! Demain, promis...

Publié dans INDE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article