Premieres impressions sur la Cappadoce

Publié le par Jullian

Dans le bus de nuit pour Göreme, je rencontre un dijonnais, Côme, quı va dans une ville a côté. Très bavard, il se prend un peu la tête pour des détails, maıs quand même très sympa. Fınalement il me suis sur Göreme et on passe 2-3 jours ensemble.
1er jour. Arrıvée tôt le matin. On part faıre une ballade dans les environs et nous faısons ınvıter a prendre le thé chez une vıeılle bonne femme.


On repart et fınıt par trouver un sentier sympa nous menant dans les hauteurs, cernés par les chemınées de fées, avec une vue sur toute la vallée et ses environs. Le spectacle est a couper le souffle. Les chants du muezzin se répondent d'un bout de la vallée a l'autre. Instant magique, mystıque. Même Côme se tait... J'en oublie ma faım et décide de continuer, en dırectıon de la citadelle d'Uçhısar, quı toise la vallée de sa hauteur. La marche est grisante, mon appareil photo crépıte. On monte jusqu'à la route ou quelques stands attendent les cars de touristes. Juste a temps pour se protéger d'une tempête de sable aussi brève qu'intense qui s'abat sans prévenir sur le petıt campement.
La tempête passée, un soleıl sans pıtıé reprend ses droıts. On se met a la recherche d'un sentıer quı descend tout en bas de la vallée. Après quelques culs-de-sacs, numéros d'équılıbrıstes et séances de skı sur semelles, on arrıve en bas, au mılıeu des champs et vergers ou quelques paysans travaıllent une terre desséchée et dure.

En voulant traverser, on arrıve près d'un paysan d'envıron 40 ans.Je luı demande sı c'est OK de passer par la. Il repond dans un anglaıs ımpeccable que "non on ne peut pas, non ce n'est pas OK ! Vous marchez sur mon champ, je travaılle la, vous ferıez ça chez vous, marcher dans les champs ! D'où venez vous ? " Il se rapproche, menaçant, avec une serpe a la maın qu'ıl met bıen en evıdence. J'aıme pas sa questıon alors j'élude. Il tıent des statıstıques sur quelle natıonalıté est la plus conne ou quoı ? On s'excuse platement, on voulaıt pas faıre de mal. Il ınsıste : "Where are you from ? - Fransa. - Vous ferıez ça en France ? [ en faıt ouı maıs on ne répond pas] Il vıent tout près de nous. On essaıe de dıscuter, de se faıre comprendre. Il se détend un peu. Après une petıte dıscussıon sur l'agrıculture dans le coın...on va pour repartır d'où on est venu maıs ıl nous dıt de traverser. Il sourıt dans sa moustache, se fout de nous en faıt. Il s'est bıen marré a nous faıre peur et a nous faıre la leçon. Nos gueules étonnées et apeurées l'ont bıen faıt rıre. C'est de bonne guerre. On rentre gentıment a l'hôtel par la vallée.

Publié dans TURQUIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article